Avis : Bases scientifiques du massage comme thérapie 2020

Bases scientifiques du massage comme thérapie

Découvrir « Earth Mama » l’huile Bio de massage pour bébé plébiscité par 86% des mamans de France ICI



Science de la thérapie à portée de main

Bases scientifiques du massage comme thérapie

Auteur: Jonathan N. Florit Rozas

Cordoue, Argentine, 2009

Index

  • Couverture
  • Index
  • Présentation
  • Développement
  • Histoire ..
  • Les effets du massage ..
  • Application des effets thérapeutiques du massage
  • Massage à différentes étapes de la vie
  • Conclusion
  • Résumé
  • Bibliographie

Présentation

Si vous deviez concourir pour découvrir la thérapie actuelle la plus ancienne, vous gagneriez certainement une thérapie manuelle. Il est indéniable que le massage a toujours été une méthode de guérison, maintenant on peut dire que ça marche vraiment? Au 21e siècle, au milieu de la science, où la médecine vit dans le paradigme de la preuve, pouvons-nous, comme le psychiatre James Gordon, dire que lorsque le massage est la médecine, ce massage a-t-il vraiment des effets thérapeutiques? Dépasse le physique? Cela va-t-il au-delà de la psychologie? Nous allons essayer d'explorer cela à travers ce travail.

Actuellement, il existe un intérêt croissant pour la thérapie de contact. Cette tendance se reflète dans la création d'institutions à forte intensité de recherche dans ce domaine, comme El T.R.I. (Touch Research Institute) à Miami, États-Unis. Bien qu'ils aient commencé leurs recherches en 1982, il a été officiellement fondé par son directeur, le Dr Tiffany Field en 1992. C'est le premier institut à se consacrer pleinement à la recherche dans cette discipline et a des représentants des universités les plus prestigieuses. Nous notons que dans la communauté scientifique des arts médicaux, la massothérapie est une affaire sérieuse et décente.

C'est exactement des publications sur T.R.I. Miami, qui constitue une grande partie de notre base théorique. La conception de ses œuvres originales peut être résumée très simplement: un massage bien appliqué est un outil thérapeutique très puissant qui coopère avec l'homéostasie dans tous les domaines du sujet et a des indications dans un grand nombre de pathologies.

La science explique comment.

Dois-je refuser le dîner parce que je ne comprends pas bien le processus de digestion?
Wilfred Batten Lewis Trotter (1872-1939)

Développement

Il y a environ 5 millions de récepteurs tactiles dédiés sur notre peau qui envoient des nerfs au cerveau par la moelle épinière. Le toucher est l'un des premiers sens à évoluer et est probablement le dernier à disparaître. Les contacts physiques les plus importants ont des effets importants. Un exemple quotidien intéressant est que les serveuses qui touchent la main ou l'épaule du client lors d'un changement reçoivent généralement plus de conseils. Pendant le massage, le patient reçoit sans aucun doute des informations qui provoquent des changements dans son corps et son esprit qui peuvent être utilisées pour la thérapie.

Mais qu'est-ce qui nous a au départ rendu si sûr que le massage pouvait être utilisé comme un outil de guérison pour l'étudier? La réponse est simple: son histoire.

HISTOIRE

L'idée que les patients peuvent être guéris par contact remonte à l'Antiquité. Le premier document écrit sur la massothérapie est chinois et vieux de 3 000 ans. L'hindi, les Égyptiens et les anciens Perses avaient leur artisanat; il y a des références égyptiennes qui remontent au XXII. siècle avant JC. Dans le cas de la médecine babylonienne-assyrienne, le massage était considéré comme utile pour attaquer un démon qui causait le mal à un patient, et les Perses avaient des chapitres sur le massage dans leurs écrits médicaux.

Le mot massage a des racines différentes, comme l'arabe "viande" (toucher ou toucher) ou le grec "massein" (pétrissage ou toucher). On peut donc savoir que dans ces cultures, le massage était également un domaine thérapeutique important. Hippocrate de Cos, considéré comme le "père de la médecine", vient de Grèce au IVe siècle avant JC. Il a souligné l'importance superlative du frottement et l'a enseigné à ses élèves. Environ six siècles plus tard, son grand successeur Galen a étudié de manière approfondie les techniques manuelles et a écrit de nombreux écrits sur le massage.

Pendant le Moyen Âge occidental, l'utilisation du massage comme thérapie a diminué. Certains historiens disent que l'église l'interdisait parce qu'elle la considérait comme de la sorcellerie et le travail du mal, d'autres disent qu'ils l'avaient fait parce qu'elle était considérée comme trop érotique. Grâce à cela, cela ne s'est produit qu'en secret. Mais avec l'avènement de la Renaissance, les techniques thérapeutiques hippocratiques ont été reconsidérées.

La recherche remonte au 13ème siècle après JC. en Allemagne, où leur empereur Frédéric II. il a séparé un groupe d'enfants pour s'occuper des nourrices et les nourrir, mais sans leur parler, les caresser ou montrer de l'affection par contact physique. Le but était de savoir quelle langue ils parleraient car ils ne connaissaient pas la communication que l'entreprise avait créée; mais l'expérience s'est terminée principalement en montrant l'importance du toucher, car tous les enfants sont morts avant d'avoir été assez grands pour apprendre une langue.

Au milieu du XIVe siècle, le médecin français Ambrosio Paré a fondé une action de massage à partir de positions anatomo-physiologiques. Par la suite, les études de la communauté scientifique se sont poursuivies. Au début du XIXe siècle, le gymnaste suédois Peter Henrik Ling combine ses connaissances sportives avec la physiologie et les études d'Ambrosio Paré et décrit ses applications dans les traumatismes, la fatigue musculaire et les problèmes postopératoires. Tant de preuves ont été faites dans la mode à la mode en Europe occidentale et en Amérique du Nord au milieu du 19e siècle, avec de nombreuses études et publications sur ses avantages.

Tout cela a conduit au fait que les techniques manuelles étaient la principale forme de médecine thérapeutique jusqu'à la révolution pharmaceutique des années 40 au 20e siècle. Néanmoins, l'enquête s'est poursuivie et a augmenté à mesure que la confiance dans l'infaillibilité des drogues était perdue. Le massage récupérait et augmentait son acceptabilité en médecine, comme en témoigne la création de T.R.I. de Miami, dont nous avons parlé.

Aujourd'hui, la preuve de l'histoire que le massage fonctionne comme une thérapie nous crie. Cependant, l'homme scientifique ne met toujours sa foi aveugle que dans ce qu'il comprend, dans lequel il peut trouver une explication sur comment, où, quand et pourquoi. Nous comprenons que la confiance dans une méthode thérapeutique est également importante pour évaluer son efficacité, il est donc important de répondre à ces questions en analysant le fonctionnement du massage chez l'homme.

EFFETS DE MASSAGE

L'essence des effets du massage est principalement ce qui agit mécaniquement et physiquement sur les tissus; et le second (mais dernier mais non le moindre) son effet neuroréfléchissant en stimulant les récepteurs cutanés (extérocepteurs), ceux présents dans les muscles, les tendons et les ligaments (propriocepteurs), et ceux situés dans les parois des vaisseaux de l'appareil circulatoire. Par des voies sensorielles, les impulsions passent vers le système nerveux central et atteignent diverses zones de la moelle épinière, des hémisphères et du cortex, provoquant des changements fonctionnels dans le corps. Ci-dessous, nous verrons de tels changements dans diverses organisations anatomo-fonctionnelles:

Peau: Sa manipulation stimule la production locale et la libération d'un neurotransmetteur appelé Substance P, qui provoque une vasodilatation locale et donc une augmentation de la température de 2 à 3 ° C.La chaleur entraîne un ramollissement des tissus et un étirement des fibres libère ses fibres, ces deux éléments induisent une élasticité cutanée accrue.

Système circulatoire: Les formations d'histamine et les substances dérivées, qui sont présentées par l'action des stimuli cutanés du massage, traversent le sang et le flux lymphatique dans tout le corps, ce qui entraîne des changements bénéfiques dans les vaisseaux de divers organes et systèmes, ce qui augmente considérablement la circulation dans la peau et les muscles. ; le résultat est également obtenu grâce à l'ouverture des capillaires par l'action mécanique du massage. Cette modification bénéfique fonctionne avec le retour du sang vers le cœur, aide à oxygéner et à nourrir les tissus, optimise le métabolisme cellulaire et favorise l'élimination des débris cellulaires. La circulation lymphatique est également préférée. Ces effets conduisent à une meilleure relaxation corporelle, à une baisse de la fréquence cardiaque et des dépenses et à une baisse de la pression artérielle. Il a également été démontré qu'il augmentait le nombre de globules rouges et blancs (neutrophiles et lymphocytes "tueurs naturels").

Système musculaire: Le massage joue un rôle clé dans la nutrition musculaire, ce qui est très important pour la récupération de la capacité de travail neuromusculaire. Ce processus est causé par une amélioration du métabolisme musculaire et de l'acétylcholine, qui est libérée par une stimulation proprioceptive, ce qui augmente le taux de transmission de l'excitation nerveuse aux fibres musculaires. Les vaisseaux musculaires sont dilatés par la libération d'histamine, ce qui augmente la température des tissus soumis à un massage, ce qui active les processus de glycogénolyse et de gluconéogenèse, augmentant ainsi le taux de contraction musculaire. Cela se traduit par une fatigue réduite, une récupération de fatigue plus rapide et une coordination et une activité musculaire plus efficaces en améliorant la capacité de maintenance neuromusculaire. Le massage peut également détendre les muscles tendus, qui à leur tour cessent de faire pression sur les vaisseaux lymphatiques et sanguins, aidant à sécréter l'histamine et l'adrénaline (éléments chimiques qui causent la fatigue musculaire). Ensuite, il a un effet calmant sélectif, car en éliminant les déchets des cellules, il provoque l'ouverture des systèmes veineux et capillaire et pénètre en même temps une grande quantité d'oxygène et de nutriments, ce qui améliore considérablement l'état fonctionnel des muscles. Par conséquent, le massage aide à atteindre une plus grande force musculaire, réduit la douleur musculaire et aussi l'intensité de la douleur après l'exercice.

Système ostéoarticulaire: En améliorant le flux sanguin vers l'articulation et les tissus qui l'entourent, il augmente la production et la circulation de liquide synovial. Il augmente l'élasticité de l'appareil fibreux, ce qui conduit à la dispersion du fascia contracté ou du fascia. En ajoutant cette libération de tension musculaire et de contractures, nous obtenons une amélioration de l'amplitude des mouvements des articulations. La massothérapie profite au système osseux en favorisant l'absorption du calcium.

Système digestif: Dans les intestins, la motilité gastro-intestinale augmente mécaniquement et augmente le tonus vagal. Il est également connu que l'une des branches du vagus traverse le tractus gastro-intestinal et contrôle la sécrétion d'insuline et de glucose, hormones qui interfèrent avec l'absorption des nutriments. Le massage améliore ainsi la nutrition et optimise le processus digestif.

Système nerveux: Préfère la capacité de recevoir des stimuli en augmentant le seuil d'excitation; sauf pour la douleur dont la perception est réduite. Il a été démontré que le massage augmente les connexions nerveuses (synapses). Les deux effets favorisent la génération d'impulsions afférentes ou sensibles à partir du système nerveux, ce qui donne une meilleure réponse efférente ou motrice à l'organisme entier, ce qui conduit également à une meilleure perception du corps, ce qui est utile pour une relaxation optimisée et une efficacité accrue. corps. De plus, la massothérapie augmente l'activité parasympathique et améliore les capacités cognitives et d'apprentissage.

Métabolisme: Nous avons vu que le massage augmente la température de la zone traitée, augmente le flux sanguin par vasodilatation, fournit plus d'oxygène, améliorant ainsi l'activité métabolique. Grâce à cette thérapie, il existe également des changements favorables dans l'équilibre des hormones et des neurotransmetteurs. Il réduit les niveaux de cortisol (une hormone du stress) dans le sang et les catécholamines en excès (associées à l'hypertension artérielle et au stress). Il réduit le niveau de résidus de créatine kinase dans le sang après l'exercice. Augmente la sérotonine (un neurotransmetteur). Il augmente la mélatonine (qui est censée réguler les périodes de sommeil). Il est très intéressant que le massage augmente la production d'endorphines (dite "morphine interne" pour sa structure chimique similaire et donc les mêmes effets d'analgésie et de bien-être), mais que cela ne se produit que chez le patient il y a de la douleur; Il a été démontré que chez les personnes sans aucune plainte, les massages n'apportent pas une augmentation significative des substances opiacées endogènes. C'est comme si le corps savait quand ils étaient vraiment nécessaires.

Il a été démontré que le massage a un effet positif sur pratiquement tous les systèmes. Et celui qui le reçoit et celui qui en bénéficie. Grâce à ces connaissances, nous pouvons l'utiliser comme base pour comprendre la base scientifique de l'effet thérapeutique du massage dans diverses pathologies et conditions.

APPLICATION DES EFFETS THÉRAPEUTIQUES DU MASSAGE

Pour comprendre l'effet thérapeutique du massage, il faut partir du concept de l'école hippocratique grecque: Vis medicatrix naturae, qui fait référence à la capacité innée du corps à se guérir. Ce n'est pas que le massage guérit les maladies, mais qu'il stimule les mécanismes naturels du corps pour accélérer la guérison (en tant que thérapie la plus efficace et la plus efficace). Voici quelques pathologies qui utilisent les effets que nous avons étudiés ci-dessus, en particulier en faveur des conditions du patient qui l'aident à atteindre la santé:

-A.C.V.: Il réduit la perception de l'anxiété et de la douleur, aide à se détendre et à maintenir l'état mental du patient.

-Alzheimer: Réduit certains signes d'agitation.

-Arthrite rhumatoïde juvénile: Réduit les symptômes douloureux.

-Astma: Il réduit l'anxiété, améliore l'accès à la pathologie, augmente la qualité de la fonction pulmonaire et améliore le contrôle de l'asthme.

-Rancer: Réduit l'anxiété, la dépression, l'hostilité, la colère et la douleur (augmentation des endorphines). Il aide à soulager les nausées, à se détendre et à réduire la fréquence respiratoire et cardiaque. Il améliore les cellules du système immunitaire, la motivation, le sommeil et l'état émotionnel. Il augmente également la vitalité.

-Douleur principale: Il réduit la fréquence, la durée et l'intensité de la douleur, réduit le stress et améliore le sommeil.

– Combien d'enfance: Il réduit les pleurs en réduisant les symptômes des coliques.

– Odeur: Augmentez les selles.

-Dermatite: Réduit l'eczéma, les démangeaisons, les convulsions et l'anxiété; améliore la pigmentation.

– Troubles de la voix: Améliore la fréquence et le niveau de pression du son.

-Diabète: Il réduit la dépression, l'anxiété et augmente l'efficacité du traitement à l'insuline et de la régulation nutritionnelle.

– Diarrhée: Il empêche leur apparition.

– Maux de dos chroniques: Réduit la douleur, l'anxiété et la dépression, améliore la plage de tension, le temps de marche et le sommeil.

-Douleur noire: Réduisez les symptômes de la douleur et de la contracture musculaire.

– Douleur douce: Réduit considérablement la douleur localisée dans les dents.

– Douleur lombaire subaiguë: Réduit la douleur et améliore la mobilité.

-Edème: Grâce à ses avantages en circulation, il aide beaucoup à réduire l'enflure.

-Énurésie infantile: Réduit l'incontinence nocturne.

-EPOC: Améliore la fonction pulmonaire, réduit l'anxiété et l'essoufflement.

– Sclérose en plaques: Réduit le niveau d'anxiété et de dépression; ralentit l'évolution de la maladie; améliore la confiance en soi, l'image corporelle et la socialisation. Réduit la paresthésie, la spasticité et les symptômes urinaires.

– fibromyalgie: Il réduit l'anxiété, le stress et la dépression, améliore la qualité et le temps de sommeil, réduit la douleur, la raideur, la fatigue et les points sensibles.

– fibrose systémique: Il réduit l'anxiété, améliore l'humeur et lit le débit maximum.

Hernie discale: Réduit les symptômes de la douleur et des contractures musculaires.

-Hypertension: Réduit la pression artérielle, l'anxiété, la dépression et le stress.

-Lésions vertébrales: Réduisez l'anxiété, améliorez la force musculaire et l'amplitude des mouvements.

-Leucémie: Il réduit le nombre de globules blancs et de neutrophiles (on voit que le massage agit non seulement comme une augmentation des cellules du système immunitaire, mais aussi comme leur régulateur).

-Migrines: Réduisez la fréquence de la douleur, de l'anxiété et du stress. Améliore la qualité du sommeil.

– paralysie cérébrale: Réduit les symptômes physiques tels que la spasticité, la raideur et les mouvements sportifs. Augmente la motricité fine, globale et faciale, les activités cognitives et sociales.

-Parkinson: Il améliore les fonctions et les activités de la vie quotidienne et vous aide à dormir plus efficacement et en continu.

-Brûlures: Réduit l'anxiété, le stress, la douleur et les démangeaisons; améliore le comportement, les activités et le chant. En massant les enfants sur une surface non brûlée, il améliore leur mobilité globale.

-AIDS: Il réduit la dépression et l'anxiété, augmente la capacité du système immunitaire et ralentit l'évolution de la maladie.

-Syndrome de Down: Améliore les fonctions motrices grossières et fines, réduit l'hypotonie sévère des membres.

-Syndrome de fatigue chronique: Réduit l'anxiété, la dépression, le stress et les symptômes somatiques. Améliorez vos heures de sommeil.

– Syndrome du canal carpien: Amélioration de la force de la main; réduit la douleur, l'anxiété et l'humeur dépressive.

– Syndrome prémenstruel: Réduit l'anxiété, la dépression, la douleur et la rétention d'eau.

– Fumer: Il aide à arrêter de fumer en coopérant pour fumer moins de cigarettes par jour, réduit l'anxiété et les symptômes de sevrage, améliore l'humeur.

Il est remarquable de constater comment les résultats positifs sont enregistrés non seulement au niveau physique mais aussi au niveau psycho-émotionnel. Un exemple de cela est le nombre élevé de maladies dans lesquelles nous mentionnons l'amélioration de la dépression, du stress et de l'anxiété chez le patient. Le massage ne s'applique pas au corps, il va au-delà. C'est une thérapie holistique et sa plus grande importance réside en elle. Considérez les états psycho-émotionnels dans lesquels le massage a été étudié, avec un effet thérapeutique très fructueux:

– Agressivité: Réduit les sentiments hostiles et calme le sujet.

-Anorexie: Il réduit l'anxiété et le stress, réduit l'aversion pour le corps et améliore la proprioception.

– Anxiété et dépression à l'hôpital: Il les réduit et raccourcit le temps de sommeil.

-Autisme: Il réduit les comportements stéréotypés, améliore les relations sociales, réduit l'aversion au toucher, améliore l'orientation de l'attention et réduit les problèmes de sommeil.

-Bulimie: Améliore le comportement et réduit l'anxiété et la dépression.

-Dépression: Réduit l'anxiété, le stress et la fréquence cardiaque.

– Trouble d'hyperactivité par carence: Il améliore le comportement en classe, réduit l'hyperactivité, prolonge le temps de maintenance pour la même tâche, améliore l'humeur et les rend plus heureux.

– Stress au travail: Il réduit considérablement les travailleurs et minimise également l'anxiété, la fatigue et augmente la concentration et les performances; induisant un état plus détendu avec une meilleure humeur et moins de douleur.

Stress post-traumatique: Réduit l'anxiété et la dépression, améliore l'humeur.

– Problèmes de comportement: Réduit l'anxiété, l'hyperactivité et les remords, augmente la coopération pendant l'étude.

Une autre application importante de la massothérapie, qui nécessite des avantages physiques et psycho-émotionnels, est chez les patients chirurgicaux. Pour eux, il est très précieux car il réduit les complications en réduisant l'anxiété et le stress et en améliorant la pression artérielle et le pouls. Il améliore également la mobilité dans la période postopératoire, réduit la douleur postopératoire et réduit les nausées et les vomissements.

LA MASSOTHÉRAPIE À DIFFÉRENTES ÉTAPES DE LA VIE

Le massage n'est pas limité à une seule étape de la vie, mais présente un avantage particulier en pédiatrie et en gérontologie. Au premier groupe, T.R.I. Miami y a mis beaucoup de travail; Par conséquent, étant donné que les instituts de recherche en massage suscitent tant d'intérêt et d'initiative, nous considérons qu'il est important de mentionner les avantages les plus importants dont bénéficient les personnes de ces tranches d'âge.

Massage gérontologique: Réduit l'anxiété, le stress et l'humeur dépressive. Il améliore la motricité et l'état musculaire, augmente la mobilité et réduit la douleur. Selon l'expérience acquise, indiquer

les massages au lieu de les recevoir ont eu des effets plus positifs sur les participants. Le massage pour les personnes âgées (en particulier les enfants) présentait également moins de symptômes de dépression, des niveaux inférieurs d'hormones de stress et moins de sensation de solitude. Ils visitaient moins le médecin, prenaient moins de café et appelaient plus souvent leurs amis et leur famille.

Massages en pédiatrie et néonatologie: Minimise les complications postnatales et le stress, augmente la prise de poids et améliore la mobilité. Améliore la relation parent-enfant. Améliore le sommeil (en qualité, en quantité, en retard de sommeil et en effet de repos). Améliore l'état social et émotionnel et réduit le stress. Réduit l'incidence de la maladie.

Nous ne pouvons pas arrêter de nommer, en raison de la relation directe avec la santé du bébé, les effets du massage sur les femmes enceintes. Il le fait en réduisant l'anxiété et le stress de la grossesse, en réduisant l'intensité et la durée des maladies matinales, en réduisant les douleurs aux jambes et au dos, en réduisant le temps, les complications et la douleur pendant l'accouchement, en permettant un congé précoce de l'hôpital et en réduisant la dépression post-partum. Le massage du sein augmente également considérablement la quantité de lait expulsé et améliore également sa chimie nutritionnelle.

Conclusion

Le travail du Miami Touch Research Institute a été réalisé avec toute la rigueur d'une méthode scientifique. La population était toujours suffisamment importante (au moins dix personnes, mais en moyenne plus de trente) et correctement divisée par des systèmes aléatoires en groupes qui comparaient les massages avec d'autres thérapies traditionnelles, alternatives et / ou placebo. Les effets ont été mesurés par des tests de laboratoire, des examens physiques et fonctionnels, une évaluation des signes vitaux, des questionnements et des échelles symptomatiques (comme une échelle visuelle analogique). Le massage a toujours reçu des résultats thérapeutiques positifs. Nier l'authenticité et l'exactitude de l'enquête T.R.I. Il serait tellement absurde de s'opposer aux effets thérapeutiques du massage que, grâce à son succès dans l'histoire et aux exemples fournis par le filtre de la recherche scientifique, on peut affirmer qu'ils sont une réalité.

Jésus de Nazareth, le Fils même de Dieu, qui a le pouvoir et la capacité de guérir n'importe quelle maladie même à distance, insistait généralement pour qu'il touche les malades pour les guérir. Le toucher n'est pas seulement thérapeutique, il est spécial, il est émotionnel et crée un lien qui oriente fortement les intentions du thérapeute de guérir et les intérêts du patient à guérir. Les thérapies plus anciennes sont en parfaite harmonie avec le concept plus moderne de la médecine, c'est pourquoi Hippocrate avait raison quand il a dit: "Les médecins doivent acquérir de l'expérience dans de nombreuses choses, mais surtout en anatripsie, l'art de la friction."

Résumé

Nous avons exposé l'histoire du massage en tant que thérapie, ce qui montre que l'humanité a toujours utilisé ses bons effets thérapeutiques. Nous expliquons les effets bénéfiques de la massothérapie sur la peau, le système circulatoire, le système musculaire, le système ostéoarticulaire, le système digestif, le système nerveux et le métabolisme corporel. Nous développons également comment il aide à guérir dans plus de quarante conditions et pendant les périodes chirurgicales. Nous mentionnons également les applications spéciales qu'il a sur les enfants plus âgés, les jeunes enfants et les femmes enceintes. Au final, nous sommes arrivés à la conclusion que la science nous montre qu'il est indéniable que le massage a des usages thérapeutiques.

Face à de telles preuves convaincantes et à la situation actuelle, tant de massothérapeutes et de patients reçoivent des massages; Nous pouvons supposer que la massothérapie sera de plus en plus considérée comme une méthode thérapeutique cardinale et moins comme une thérapie alternative. Carlos Sbolci, directeur de l'École de bandage neuromusculaire et de physiothérapie de l'Université nationale de Cordoue, a déclaré qu'il était prévu d'ajouter un sujet ou un domaine au programme d'étude dans un sujet consacré à la thérapie manuelle; Le fait que l'une des plus importantes universités d'Argentine forme enfin ses étudiants dans le domaine du massage montre que cette arme de guérison a de très bons résultats et qu'elle est reconnue par les professionnels de la santé.

Toute la lumière de ces confirmations nous aide à prévoir que tant que l'on aura des mains, on continuera à les utiliser pour guérir par contact; Parce qu'il a toujours fonctionné et continue de fonctionner, il est très probable qu'il continuera de le faire. De même, la personne moyenne a besoin de beaucoup moins d'explications, même avec un tel nuage d'arguments, tout le soutien dont nos patients ont besoin pour recevoir un massage car la thérapie est de leur dire: «S'il vous plaît, allongez-vous sur le ventre.

Jonathan N. Florit Rozas

Bibliographie

  • Anderson C. et al. (2000): Évaluation du massage aux huiles essentielles pour l'eczéma atopique des enfants. Phytotherapy Research, 14: 452-456.
  • Bishop E. et al. (2003): Réflexologie en gestion du codage et constipation chronique. Paediatr Nrs., 15: 20-21.
  • Boone T. & Cooper R. (1995): L'effet du massage sur la consommation d'oxygène au repos. American Journal of Chinese Medicine, 23: 37-41.
  • Boone T. (2001): Effets de 10 minutes de contre-friction sur les réponses cardiovasculaires chez des individus en bonne santé. American Journal of Chinese Medicine, 29: 47-52.
  • Brooks C.P. et al (2005): Effets immédiats du massage des mains sur la performance d'adhérence après un exercice maximal chez des adultes en bonne santé. J Alternative Complement Med, 11: 1093-1101.
  • Cady S. H. & Jones G. E. (1997): La massothérapie comme intervention en milieu de travail pour réduire le stress. Perceptual & Motor Skills, 84: 157-158.
  • Chang M.Y. (2002): Les effets du massage sur la douleur et l'anxiété pendant l'accouchement: un essai contrôlé randomisé à Taiwan. J Adv Nurs., 38: 68-73.
  • Chen L.L. et al (2003): Utilisation de l'acupression pour améliorer la motilité gastro-intestinale chez les femmes après une hystérectomie transabdominale. Am J Chin Med., 31: 781-790.
  • Cherkin D.C. et al (2001): Une étude randomisée comparant l'acupuncture médicale traditionnelle chinoise, le massage thérapeutique et les soins personnels pour les lombalgies chroniques. Archives de médecine interne, 161: 1,081-1,088.
  • Chung U.L. (2003): Effets de l'acupression LI4 et BL 67 sur les douleurs du travail et les contractions utérines dans la première phase du travail. J Nurs Res., 11: 251-260.
  • Cigales M. et al. (1997): Le massage augmente la récupération de la dépendance chez les enfants normaux. Comportement et développement du nourrisson, 20: 29-34.
  • Cullen C. et al. (2000): Les interactions père-enfant sont améliorées par la massothérapie. Développement et garde des jeunes enfants, 164: 41-47.
  • Degan M.et al (2000): Efficacité de la réflexothérapie plantaire sur la douleur chronique associée à une hernie discale. Professions infirmières, 53: 80-87.
  • Delaney J.P. er al (2002): Effets à court terme du massage du point de déclenchement myofascial sur un ton autonome cardiaque sain. J Adv Nurs., 37, 364-371.
  • Delaney J.P. et al (2002): Effets à court terme du massage du point de déclenchement myofascial sur un ton autonome cardiaque sain. Journal of Advanced Nursing, 37: 364-371.
  • Diego M.A. et al (2001): les adolescents séropositifs présentent une fonction immunitaire améliorée après la massothérapie. International Journal of Neuroscience, 106: 35-45.
  • Diego M.A. et al (2002): Les adolescents agressifs bénéficient du massage. Adolescence, 37: 597-607.
  • Diego M.A. et al (2002): Les patients atteints de moelle épinière bénéficient d'un massage. International Journal of Neuroscience, 112: 133-142.
  • Diego M.A. et al (2004): Massothérapie de la pression légère et légère et des effets vibratoires sur l'EEG et la fréquence cardiaque. International Journal of Neuroscience, 114: 31-44.
  • Diego M.A. et al (2005): Activité vagale, motilité gastrique et prise de poids chez les prématurés massés. Journal of Pediatrics, 147: 50-55.
  • Drust B., Atkinson et al. (2003): Effets du massage sur la température intramusculaire dans l'énorme latéralis chez l'homme. Int J Sports Med, 24: 395-399.
  • Ernst E. (1999): Massothérapie pour les lombalgies: un revierw systématique. Journal of Pain Symptom Management, 17: 65-69.
  • Escalona A. et al (2001): Les enfants d'âge préscolaire à problèmes de comportement bénéficient de la massothérapie. Développement et garde de la petite enfance 161: 1-5.
  • Escalona A. et al (2001): Améliorations du comportement des enfants autistes. Journal of Autism and Developmental Disorders, 31: 513-516.
  • Ferber S.G. et al (2002): La massothérapie par les mères améliore l'adaptation des rythmes circadiens à la période nocturne chez les nourrissons nés à terme. Journal of Developmental and Behavioral Pediatrics, 23: 410-415.
  • Field T. & Hernandez-Reif M. (2001): Les problèmes de sommeil chez les nourrissons diminuent après la massothérapie. Développement et garde de la petite enfance, 168: 95-104.
  • Field T. (1995): Massothérapie pour nourrissons et enfants. (Revue). Journal of Developmental & Behavioral Pediatrics, 16: 105-111.
  • Field T. (1998): Effets de la massothérapie. American Psychological Association, 53: 1270-1281.
  • Field T. (2000): Les démangeaisons post-brûlures, la douleur et les symptômes psychologiques sont réduits avec la massothérapie. Journal of Burn Care & Rehabilitation, 21: 189-193.
  • Field T. (2002): Massothérapie. Cliniques médicales d'Amérique du Nord, 86: 163-171.
  • Field T. et al (1986): l'attention et la réactivité des enfants autistes se sont améliorées après la thérapie tactile. Journal of Autism and Developmental Disorders, 27: 329-334.
  • Field T. et al (1992): Le massage réduit l'anxiété chez les enfants et les adolescents atteints de troubles psychiques. Journal de l'American Academy of Child and Adolescent Psychiatry, 31: 125-131
  • Field T. et al (1992): Le massage réduit la dépression et l'anxiété chez les enfants et adolescents psychiatriques. Journal de l'American Academy of Child & Adolescent Psychiatry, 31: 125-131.
  • Field T. et al (1996): Atténuer le stress post-traumatique chez les enfants après l'ouragan Andrew. Journal of Applied Developmental Psychology, 17: 37-50.
  • Field T. et al (1996): Effets des thérapies de massage et de relaxation sur les mères adolescentes déprimées. Adolescence, 31: 903-911.
  • Field T. et al (1996): Massothérapie pour les nourrissons de mères déprimées. Comportement et développement du nourrisson 19: 109-114.
  • Field T. et al (1996): La massothérapie réduit l'anxiété et améliore le modèle EEG de vigilance et les calculs mathématiques. International Journal of Neuroscience, 86: 197-205.
  • Field T. et al (1996): Comportement du sommeil et de l'éveil des enfants d'âge préscolaire: effets de la massothérapie. Développement et garde de la petite enfance, 120: 39-44.
  • Field T. et al (1997): Syndrome de fatigue chronique: effets de la massothérapie sur la dépression et les symptômes somatiques du syndrome de fatigue chronique. Journal of Chronic Fatigue Syndrome, 3: 43-51.
  • Field T. et al (1997): Thérapies de réduction du stress au travail. Thérapies alternatives en santé et médecine, 3: 54-56.
  • Field T. et al (1997): La douleur au travail est réduite par la massothérapie. Journal of Psychosomatic Obstetrics and Gynecology, 18: 286-291.
  • Field T. et al (1997): La massothérapie abaisse la glycémie chez les enfants atteints de diabète sucré. Spectre du diabète, 10: 237-239.
  • Field T. et al (1997): Les effets de l'abus sexuel sont atténués par la massothérapie. Journal of Bodywork and Movement Therapies, 1: 65-69.
  • Field T. et al (1998): Les adolescents atteints d'un trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention bénéficient de la massothérapie. Adolescence, 33: 103-108.
  • Field T. et al (1998): Les adolescents boulimiques bénéficient de la massothérapie. Adolescence, 33: 555-563.
  • Field T. et al (1998): Les brûlures bénéficient de la massothérapie. Journal of Burn Care and Rehabilitation, 19: 241-244.
  • Field T. et al (1998): Les enfants souffrant d'asthme ont amélioré les fonctions pulmonaires après la massothérapie. Journal of Pediatrics, 132: 854-858.
  • Field T. et al (1998): des bénévoles retraités âgés bénéficient de la massothérapie des nourrissons. Journal of Applied Gerontology, 17: 229-239.
  • Field T. et al (1999): Les femmes enceintes bénéficient de la massothérapie. Journal of Psychosomatic Obstetrics & Gynecology, 20: 31-38.
  • Field T. et al (2004): Les symptômes du syndrome du canal carpien sont atténués après la massothérapie. Journal of Bodywork and Movement Therapies, 8: 9-14.
  • Field T., Cullen, C., Diego, M., Hernandez-Reif, M., Sprinz, P., Beebe, K., Kissel, B., et Bango-Sanchez, V. (2001): Modifications immunitaires de la leucémie après la massothérapie. Journal of Bodywork and Movement Therapies, 5, 271-274.
  • Field T., et al (1997): Juvenile rheumatoid arthritis: Benefits from massage therapy. Journal of Pediatric Psychology, 22: 607-617.
  • Foda M.I. et al (2004): Composition of milk obtained from unmassaged versus massaged breasts of lactating mothers. Journal of Pediatrics andGastroenterology Nutrition., 38: 484-7.
  • Forchuk C. et al (2004): Postoperative arm mas massage: a support for women with lymph node dissection. Cancer Nurs., 27: 25-33.
  • Foster K.A. et al (2004): The Trager approach in the treatment of chronic headache: a pilot study. Altern Ther Health Med., 10: 40-46.
  • Ginsberg F. & Famaey J. P. (1987): A double-blind study of topical massage with Rado-Salil ointment in mechanical low-back pain. Journal of International Medical Research, 15: 148-153.
  • Grealish L. B. (2000): Foot massage. A nursing intervention to modify the distressing symptoms of pain and nausea in patients hospitalized with cancer. Cancer Nursing, 23: 237-243.
  • Hart S. et al (1998): Preschoolers cognitive performance improves following massage. Early Child Development and Care, 143: 59-64.
  • Hart S. et al (1998): Preschoolers’cognitive performance improves following massage. Early Child Development & Care, 143: 59-64.
  • Hart S. et al (2001): Anorexia nervosa symptoms are reduced by massage therapy. Eating Disorders, 9: 289-299.
  • Hartshorn K., Delage et al (2001): Senior citizens benefit from movement therapy. Journal of Bodywork and Movement Therapies, 5: 1-5.
  • Hasson D. et al (2004): A randomized clinical trial of the treatment effects of massage compared to relaxation tape recordings on diffuse long-term pain. Psychother Psychosom., 73: 17-24.
  • Hemmings B. et al (2000): Effects of massage on physiological restoration, perceived recovery, and repeated sports performance. Br J Sports Med, 34: 109-114.
  • Hernandez-Reif et al (2003): Breast cancer patients have improved immune functions following massage therapy. Journal of Psychosomatic Research, 57: 45-52.
  • Hernandez-Reif M. et al (1998): Migraine Headaches are Reduced by Massage Therapy. International Journal of Neuroscience, 96: 1-11.
  • Hernandez-Reif M. et al (1998): Multiple sclerosis patients benefit from massage therapy. Journal of Bodywork and Movement Therapies, 2: 168-174.
  • Hernandez-Reif M. et al (1999): Children with cystic fibrosis benefit from massage therapy. Journal of Pediatric Psychology, 24: 175-181.
  • Hernandez-Reif M. et al (2000): High blood pressure and associated symptoms were reduced by massage therapy. Journal of Bodywork and Movement Therapies, 4: 31-38.
  • Hernandez-Reif M. et al (2000): High blood pressure and associated symptoms were reduced by massage therapy. Journal of Bodywork and Movement Therapies, 4: 31-38.
  • Hernandez-Reif M. et al (2000): Premenstrual syndrome symptoms are relieved by massage therapy. Journal of Psychosomatic Obstetrics & Gynecology, 21: 9-15.
  • Hernandez-Reif M. et al (2001): Childrens’ distress during burn treatment is reduced by massage therapy. Journal of Burn Care and Rehabilitation, 22: 191-195.
  • Hernandez-Reif M. et al (2001): Lower back pain is reduced and range of motion increased after massage therapy. International Journal of Neuroscience, 106: 131-145.
  • Hernandez-Reif M. et al (2002): Parkinsons disease symptoms are reduced by massage therapy and progressive muscle exercises. Journal of Bodywork and Movement Therapies, 6: 177-182.
  • Hernandez-Reif M. et al (2005): Cerebral Palsy symptoms in children decreased following massage therapy. Journal of Early Child Development and Care, 175: 445-456.
  • Hernandez-Reif M. et al (2005): Natural killer cells and lymphocytes increase in women with breast cancer following massage therapy. International Journal of Neuroscience, 115: 495-510
  • Hernandez-Reif M. et al (2006): Children with Down Syndrome improved in motor function and muscle tone following massage therapy. Journal of Early Child Development and Care, 176: 395-410.
  • Hilbert J.E. et al (2003): The effects of massage on delayed onset muscle soreness. Br J Sports Med, 37: 72-75.
  • Hsieh L.L. et al (2004): A randomized controlled clinical trial for low back pain treated by acupressure and physical therapy. Prev Med., 39: 168-176.
  • Huhtala V. et al (2000): Infant massage compared with crib vibrator in the treatment of colicky infants. Pediatrics, 105: 84.
  • Ironson G. et al (1996): Massage therapy is associated with enhancement of the immune systems cytotoxic capacity. International Journal of Neuroscience, 84: 205-217.
  • Jones E. et al (2001): A randomised controlled trial to compare methods of milk expression after preterm delivery. Arch Dis Child Fetal Neonatal Ed. 85(2): 91-95.
  • Jump V.K. et al (2006): Impact of massage therapy on health outcomes among orphaned infants in Ecuador: results of a randomized clinical trial. Family Community Health, 29: 314-319.
  • Kalauokalani D. et al (2001): Lessons from a trial of acupuncture and massage for low back pain: patient expectations and treatment effects. Spine, 26: 1.418-1.424.
  • Katz J. et al (1999): Pain and tension are reduced among hospital nurses after on-site massage treatments: a pilot study. Journal of Perianesthesia Nursing, 14: 128-133.
  • Khilnani S. et al (2003): Massage therapy improves mood and behavior of students with attention-deficit/hyperactivity disorder. Adolescence, 38: 623-38
  • Kim M.S. et al (2001): Effects of hand massage on anxiety in cataract surgery using local anesthesia. Journal of Cataract & Refractive Surgery, 27: 884-890.
  • Kim T.I. et al (2003): Multisensory intervention improves physical growth and illness rates in Korean orphaned newborn infants. Res Nurs Health, 26: 424-433.
  • Kolich M. et al (2000): Low back muscle activity in an automobile seat with a lumbar massage system. International Journal of Occupational Safety & Ergonomics, 6: 113-128.
  • Kubsch S.M. et al (2000): Effect of cutaneous stimulation on pain reduction in emergency department patients. Complementary Therapies in Nursing & Midwifery, 6, 25-32.
  • Kurosawa M. et al (1995): Massage-like stroking of the abdomen lowers blood pressure in anesthetized rats: influence of oxytocin. Journal of the Autonomic Nervous System, 56: 26-30.
  • Lawler S. & Cameron L. (2006): A randomized, controlled trial of massage therapy as a treatment for migraine. Annual Behavior and Medicine, 32: 50-59.
  • Leivadi S. et al (1999): Massage Therapy and Relaxation Effects on University Dance Students. Journal of Dance Medicine & Science, 3: 108-112.
  • Lewis P. et al (1997): The effect of turning and backrub on mixed venous oxygen saturation in critically ill patients. American Journal of Critical Care, 6: 132-140.
  • Lundeberg T. (1984): Long-term results of vibratory stimulation as a pain relieving measure for chronic pain. Pain, 20: 13-23.
  • Lundeberg T. (1987): Effect of vibratory stimulation on experimental and clinical pain. Scandinavian Journal of Rehabilitation Medicine, 20: 149-159.
  • Lundeberg T. et al (1987): Vibratory stimulation compared to placebo in alleviation of pain. Scandinavian Journal of Rehabilitation Medicine, 19: 153-158.
  • McNamara M.E. et al (2003): The effects of back massage before diagnostic cardiac catheterization. Alternative Therapies, 9: 50-57.
  • McNamara M.E. et al (2003): The effects of back massage before diagnostic cardiac catheterization. Altern Ther Health Med., 9: 50-57.
  • Meek S. S. (1993):Effects of slow stroke back massage on relaxation in hospice clients. Journal of Nursing Scholarship, 25: 17-21.
  • Ming J.L. et al (2002): The efficacy of acupressure to prevent nausea and vomiting in post-operative patients. J Adv Nurs., 39: 343-351.
  • Mok E. & Woo C.P. (2004): The effects of slow-stroke back massage on anxiety and shoulder pain in elderly stroke patients. Complement Ther Nurs Midwifery, 10: 209-216.
  • Morhenn V.B. (2000): Firm stroking of human skin leads to vasodilatation possibly due to the release of substance P. Journal of Dermatological Science, 22: 138-144.
  • Mori H. et al (2004): Effect of massage on blood flow and muscle fatigue following isometric lumbar exercise. Med Sci Monit, 10: 173-178.
  • Mori H. et al (2004): Effect of massage on blood flow and muscle fatigue following isometric lumbar exercise. Med Sci Monit, 10: 173-178.
  • Nixon M. et al (1997): Expanding the nursing repertoire: The effect of massage on post-operative pain. Australian Journal of Advanced Nursing, 14: 21-26.
  • Norheim A.J. et al (2001): Acupressure treatment of morning sickness in pregnancy. A randomized, double-blind, placebo-controlled study. Scand J Prim Health Care, 19: 43-47.
  • Olney, C.M. (2005):The effect of therapeutic back massage in hypertensive persons: a preliminary study. Biol Res Nurs, 7: 98-105.
  • Onozawa K. et al (2001): Infant massage improves mother-infant interaction for mothers with postnatal depression. Journal of Affective Disorders, 63: 1-3.
  • Ottoson D. et al (1981): Vibratory stimulation for the relief of pain of dental origin. Pain ,10: 37-45.
  • Piotrowski M.M. et al (2003): Massage as adjuvant therapy in the management of acute postoperative pain: a preliminary study in men. J Am Coll Surg., 197: 1037-1046.
  • Pope M. H. et al (1994): A prospective randomized three-week trial of spinal manipulation, transcutaneous muscle stimulation, massage and corset in the treatment of subacute low back pain. Spine, 19: 2571-2577.
  • Preyde M. (2000): Effectiveness of massage therapy for subacute low-back pain: a randomized controlled trial. CMAJ, 162: 1.815-1.820.
  • Quinn C. et al (2002): Massage therapy and frequency of chronic tension headaches. American Journal of Public Health, 92: 1657-1661.
  • Rexilius S.J. et col (2002): Therapeutic effects of massage therapy and handling touch on caregivers of patients undergoing autologous hematopoietic stem cell transplant. Oncology Nursing Forum, 29: 35-44.
  • Richards K.C. (1998): Effect of a back massage and relaxation intervention on sleep in critically ill patients. American Journal of Critical Care, 7: 288-299.
  • Rinder A.N. & Sutherland C.J. (1995): An investigation of the effects of massage on quadriceps performance after exercise fatigue. Complement Ther Nurs Midwifery, 1: 99-102.
  • Robertson A. et al (2004): Effects of leg massage on recovery from high intensity cycling exercise. Br J Sports Med, 4:173-176.
  • Rodenburg J. B. et al (1994): Warm-up, stretching and massage diminish harmful effects of eccentric exercise. International Journal of Sports Medicine. 15: 414-419.
  • Rowe M. & Alfred D. (1999): The effectiveness of slow-stroke massage in diffusing agitated behaviors in individuals with Alzheimer’s disease. Journal of Gerontology and Nursing, 25: 22-34.
  • Scafidi F. & Field T. (1996): Massage therapy improves behavior in neonates born to HIV positive mothers. Journal of Pediatric Psychology, 21: 889-898.
  • Scafidi F. & Field T. (1996): Massage therapy improves behavior in neonates born to HIV-positive mothers. Journal of Pediatric Psychology, 21: 889-897.
  • Schachner L. et al (1998): Atopic dermatitis symptoms decreased in children following massage therapy. Pediatric Dermatology, 15: 390-395.
  • Scholtz K. & Samuels C. A. (1992): Neonatal bathing and massage intervention with fathers: Behavioral effects 12 weeks after birth of the first baby. International Journal of Behavioral Development,15: 67-81.
  • Shin Y.H. et al (2004): Effect of acupressure on nausea and vomiting during chemotherapy cycle for Korean postoperative stomach cancer patients. Cancer Nurs., 27: 267-274.
  • Shoemaker J. K. et al (1997): Failure of manual massage to alter limb blood flow: Measures by Doppler ultrasound. Medicine and Science in Sports and Exercise, 1: 610-614.
  • Shor-Posner G. et al (2006): Impact of a massage therapy clinical trial on immune status in young Dominican children infected with HIV-1. Journal of Alternative and Complementary Medicine, 12: 511-516.
  • Shulman K.R. & Jones G.E. (1996): The effectiveness of massage therapy intervention on reducing anxiety in the work place. Journal of Applied Behavioral Science, 32: 160-173.
  • Siev-Ner I. et al (2003): Reflexology treatment relieves symptoms of multiple sclerosis: a randomized controlled study. Mult Scler., 9: 356-361.
  • Smith L. L. et al (1994): The effects of athletic massage on delayed onset muscle soreness, creatine kinase, and neutrophil count: a preliminary report. Journal of Orthopaedic & Sports Physical Therapy, 19: 93-99.
  • Smith M.C. et al (2002): Outcomes of therapeutic massage for hospitalized cancer patients. J Nurs Scholarsh. 34: 257-262.
  • Smith M.C. et al (2003): Outcomes of touch therapies during bone marrow transplant. Alternative Therapies, 9: 40-49.
  • Soden K. et al (2004): A randomized controlled trial of aromatherapy massage in a hospice setting. Palliat Med., 18: 87-92.
  • Stephenson N.L. et al (2000): The effects of foot reflexology on anxiety and pain in patients with breast and lung cancer. Oncology Nursing Forum, 27: 67-72.
  • Sunshine W. et al (1996): Massage therapy and transcutaneous electrical stimulation effects on fibromyalgia. Journal of Clinical Rheumatology, 2: 18-22.
  • Ternstrom S. et al (2000): An effect of body massage on voice loudness and phonation frequency in reading. Logopedics, Phoniatrics, Vocology, 25: 146-150.
  • Tsay S.L. et al (2003): Acupoints massage in improving the quality of sleep and quality of life in patients with end-stage renal disease. J Adv Nurs., 42: 134-142.
  • Uvnas-Moberg K. et al (1987): Release of GI hormones in mother and infant by sensory stimulation. (Review). Acta Paediatrica Scandinavia, 76: 851-860.
  • Van Den Dolder P.A. & Roberts D.L. (2003): A trial into the effectiveness of soft tissue massage in the treatment of shoulder pain. Aust J Physiother., 49: 183-188.
  • Viitasalo J. T. et al (1995): Warm underwater water-jet massage improves recovery from intense physical exercise. European Journal of Applied Physiology & Occupational Physiology, 71: 431-438.
  • Walach H. et al (2003): Efficacy of massage therapy in chronic pain: a pragmatic randomized trial. J Altern Complement Med., 9: 837-846.
  • Wang H.L. & Keck J.F. (2004): Foot and hand massage as an intervention for postoperative pain. Pain Manag Nurs., 5: 59-65.
  • Werntoft E. & Dykes A.K. (2001): Effect of acupressure on nausea and vomiting during pregnancy. A randomized, placebo-controlled, pilot study. J Reprod Med., 46: 835-839.
  • Wheeden A. et al (1993): Massage effects on cocaine-exposed preterm neonates. Journal of Developmental and Behavioral Pediatrics, 14: 318-322.
  • Wilkie D.J. et al (2000): Effects of massage on pain intensity, analgesics and quality of life in patients with cancer pain: A pilot study of a randomized clinical trial conducted within hospice care delivery. Hospice Journal, 15: 31-53.
  • Wu H.S. et al (2004): Effectiveness of acupressure in improving dyspnoea in chronic obstructive pulmonary disease. J Adv Nurs., 45: 252-259.
  • Yip Y.B., & Tse S.H. (2004): The effectiveness of relaxation acupoint stimulation and acupressure with aromatic lavender essential oil for non-specific low back pain in Hong Kong: a randomized controlled trial. Complement Ther Med, 12: 28-37.
  • Yuksek M.S. et al (2003): Acupressure versus oxybutinin in the treatment of enuresis. J Int Med Res., 31: 552-556.
  • Zainuddin Z. et al (2005): Effects of massage on delayed-onset muscle soreness, swelling, and recovery of muscle function. J Athl Train, 40: 174-180.

Revistas virtuales:

  • Aquite Agudelo V.S.(2006)EL MASAJE: Su uso como herramienta en el Neurodesarrollo. www.efisioterapia.com:Artículo Nº 206.
  • Calvert N.R. (2004) Historic descriptions of massage. www.massagemag.com: Artículo Nº 111.
  • Calvert N.R. (2004) What is massage? www.massagemag.com: Artículo Nº 108.
  • Espiño I. (2004) Los masajes alivian el dolor de los enfermos de cáncer. www.elmundo.es/elmundosalud.
  • Fornieles Ortiz I. et al (2007) Influencia de la fisioterapia a nivel psicológico en los pacientes con enfermedad de alzheimer. www.efisioterapia.com:Artículo Nº 229.
  • Howe Colt G. & De La Serna J.L. (2000) La ciencia en el masaje. www.elmundo.es/magazine, 101.
  • Lopez Blanco M. (2000) Terapias Complementarias. www.elmundo.es/salud, 375.
  • Matey P. (1996) El Poder de las manos. www.elmundo.es/salud, 192.
  • Robledo M.P. (2007) El masaje infantil: algo más que caricias. www.sermesa.es: Artículo Nº 76.
  • Rodriguez Benitez J.A. (2002) El masaje terapeutico en lesiones musculares producidas por traumas de tejidos blandos. Revista Médica de Ridaralda www.utp.edu.co/facies/revmedica, (8) 2: Artículo Nº 7.

Avis sur la meilleure Huile pour bébé bio « Earth Mama » ICI